Mots dits vers

avril 7, 2007

VERS DE PAQUES

Filed under: Poésie — Jean-Pierre Paulhac @ 2:20

34. PAQUES

v100095_1.jpg

Un cierge s’érige où s’insinuent nos prières
Eperdus de passion face au divin calice
Nos corps noués en croix se plient au saint supplice
Quêtant l’extatique résurrection des chairs

in « Parures pour une aurore »

corpusdali.jpg

***

71. PENSEES PASCALES

d105.jpg

Je n’y puis vraiment rien
Au printemps mon cœur revient
Balbutier les mots lointains
Que des gens chantent un rameau en main

Il me souvient ces pensées de rosaire
-O levée des grains de prière!-
Sanglante et renversante utopie
De la mort à jamais vaincue par la vie

Enfant au chœur sacré je servais
Et l’encens du missel disséminait
Des litanies de lilas des chapelets d’œillets
Au parfum frais de bonté et de paix

O je gémis encore
De me voir à genoux qui implore
Courbé et cerné de soutanes creuses
Etouffoirs ternes des passions pieuses

Or voici donc venu le temps du message
Le fabuleux don de soi le fameux passage
Le mystère pur
De l’éternité sûre

dali.jpg

Or voici le sang assassin
Du triomphe pharisien
Abraham ta terre est sacrifiée
Et ton agneau nié !

Or voici ceux qui sans pénurie
Jeûnent et prient
Et qui manichéens
Décident du mal et du bien

Et puis qui tuent
Sans scrupules superflus
Blindés de bonne conscience
Repus de puissance

Crucifixion moderne du païen
Sur l’autel hautain
D’un enfer tout neuf
Pour amputés morts ou veufs

Alors dites-moi
Ces mots d’autrefois
Ceux que je disais à foison
Tout grisé d’illusion

Ces mots si blancs
Ecumant les rêves fervents
De l’enfance révolue
-O colombes naïves de vertu!-

Ces mots dit-on semés
Sur un désert désaltéré
Se seraient donc retournés
En ivraie dévoyée ?

Ces mots d’aube claire
Bombardent de leur bréviaire
Les bénédictions dociles
Pour Marines mortiers ou missiles

Oui tes mots se sont fondus
Dans l’acier cru
Du cynisme trempé des victoires
Aux cimetières remplis de gloire

Tes mots se sont envolés
Dans ce désespoir âcre de fumée
Au-dessus des ruines pillées
Des villes millénaires écrasées

guerre.jpg

in « Le Gone »

***

bonheur.jpg

37. DICTON

En avril
Ne te découvre pas d’un fil
En effet
Il est refait notre forfait

Ton exil
S’effile sans un coup de fil
C’est un fait
L’amour se meurt à l’imparfait

Volatil
Le désir détourne les cils
Et qui sait
Où soupire ton corps parfait ?

Pense-t-il
A notre chimérique idylle
Feu follet
Qui hante mes nuits sans reflets

Versatile
L’avenir fronce les sourcils
Et défait
Nos sept ciels d’un cinglant soufflet

Printemps vil
Tu mouilles ton mauvais profil
Cris sifflets
Huées vaines sur tes méfaits !

(Fin subtile :
Pour ce poème puéril
Vos souhaits
Viendront choisir le dernier trait)

1
C’est un fait
Il est soldé notre forfait
En avril
Je n’aurai plus tes coups de fil

ou

2
Fol avril
Tant pis si t’a perdu tes fils
Moi en mai
Libre je fais ce qu’il me plaît

in « Parures pour une aurore »

muguet.jpg

***

Les vers qui suivent datent de bien plus d’un an…
Cette crucifiction, qui n’est pas de fiction, est donc entrée au musée,
de ceux où l’on accroche aux murs les restes d’un bonheur…
En attendant la résurrection de la chair…

94978.jpg

31. UN AN DEJA

Ton avion est parti
Sans jamais revenir
Et ton sourire reste à bord
Arrêt sur image
Baiser mordu du remord
Dont la cicatrice balafre ma mémoire
Jusqu’à aujourd’hui je vois
Ta silhouette sûre
Que mes yeux captent
Dans le détour dernier
Du regard humide de son au revoir
Et puis qui se démasque
En adieu

Un an déjà

Sais-tu que ton corps
-O magique souplesse du cœur
Quand tes hanches scandaient
Le gospel d’un paradis nègre
Les transes d’une danse vaudoue
Dont les lancinants chorus
Se fondaient dans nos sueurs-
Est toujours dans l’échancrure sanglante
De mes souvenirs sabrés ?

Un an déjà

Sais-tu que mes mots
Jamais ne t’ont menti
Mais qu’ils sont morts de soif
Au bord de l’océan utopique
Là où sombra
Le vaisseau fantôme
De nos désirs illusoires

Un an déjà

Je crois en toi
O mon amazone
Je sais que debout
Effaçant d’un geste guerrier
Tes larmes masquées
Dérisoire flot de vanité
Tu as vidé
Une nouvelle fois
La calebasse cabossée
Des eaux usées de cet hier faisandé
Et puis déjà pensé à rebâtir
La case nomade
Du lendemain

Un an déjà

Quant à moi
Je me lamente encore sur ce même clavier
Je bégaie toujours les mots futiles du dépit
Tu sais j’ai déjà posé mes pas
Sur tant de ruines
Que je suis devenu une espèce
D’archéologue pervers
Expert homologué
Des amours d’antan
Des horizons dévastés
Des passés élimés
Et d’un avenir de bruine
Où se meurt tout printemps

Un an déjà

Un jour peut-être
Un jour qui sait
Un jour
Le destin
–O celui-là est un drôle de malfrat-
Trouvera marrant
De remettre face à face
Nos vies mal recomposées
Alors nous insinuerons entre nous
Un piteux sourire aseptisé
Comme une virgule superfétatoire
Dans un poème de Guillaume

Un an déjà

Pardon d’avoir frappé
A la porte vermoulue
Des cœurs perdus de vue
Mais sache
Que si mes mots s’enroulent de bleu
Encore –ô pauvre espoir-
Autour de ton doigt
C’est qu’ils sont à la fois
L’évidence du miroir rêvé
Et la vanité veule
De ma vie enchaînée
Mais tout ça
Je te l’avais dit
Il y a

Un an déjà

in « Parures pour une aurore »

rose-dali.jpg

Publicités

Un commentaire »

  1. Salutations.

    merci de cette intervention « chez moi ».

    Je me suis permis, concernant les liens de blog à blog de « vous rendre la pareille ».

    Le numéro de FLORILEGE qui n’a pas droit aux interventions divines qui permettent par exemple aux cloches d’être toujours à l’heure, est sur le chemin (départ jeudi de Dijon).

    Amitiés.

    Commentaire par LEVENARD — avril 10, 2007 @ 7:54 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :