Mots dits vers

mai 20, 2007

MOITEUR

Filed under: Poésie — Jean-Pierre Paulhac @ 2:31

ddkigugvrb.jpg

L’horizon se dévoie sous le vent des arpèges
L’orchestre du soir attend le sang du cygne
Ma déveine devine comme une vieille guigne
Que le chœur déclame la fin des sortilèges

O mes mots voudrez-vous remonter le manège ?
Vers quel ailleurs s’ébroue la symphonie des signes ?
– O soupirs moites que d’obscurs serments assignent
Dans des éclats d’instant que le temps désagrège-

Sculptons sous la treille -le pampre s’y protège-
Une frise de vers aux parfums de solfège…
Aveugle miracle pour une muse indigne

Acceptons donc enfin le feu fou qui nous piège
Dans la vendange nue d’une éternelle vigne
Et quêtons sans cesse le spasme sacrilège

modigliani.gif

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :