Mots dits vers

juin 22, 2008

L’ETE

Filed under: Poésie — Jean-Pierre Paulhac @ 3:31

Un soleil libre explose en ruisseaux dénudés
Un flot crémeux glisse sur l’or des échancrures
Les sueurs salaces veulent se débrider
Dans des ébats brûlants et leurs fusions obscures

L’incendie des désirs soulève ses fantasmes
Les muses torrides des montées de moiteur
Réclament d’un râle leurs délires de spasmes
Quand vient le crépuscule et ses longues langueurs

Je me souviens – O veuf – de ce vieux vin de vie
Caracolant en moi comme un feu vivifiant
Dans l’éruption folle d’un verbe épanoui

Or je marche aujourd’hui dans ce piètre désert
Ma mémoire reste mon unique chimère
Et le soleil n’est rien qu’un traître triomphant

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :