Mots dits vers

mai 5, 2013

AKPAKPA

Filed under: Poésie — Jean-Pierre Paulhac @ 12:59

Pour Djami « Bake Traore »

Akpakpa…
Un vieux pont enjambe mon passé
La fumée des souvenirs âcres
M’enveloppe en panache de pleurs
Comme un flot de Zems aux clichés jaunis
Dont les parades pétaradantes
A tombeau ouvert
Jouent à cache mort
Sur le fil hilare du destin

1167-cotonou[1]

Akpakpa…
Ses maquis à la clandestinité avouée
Ses lents relents de marée alanguie
Et ces sourires ravivés d’avant hier
Et ces appels de Sirènes délurées
Et ces escouades d’Amazones modernes
Chevauchant telles des Walkyries
Un présent pourtant si souvent ensablé
Mais toujours motocyclable

Akpakpa…
Un quartier de lune complice
Qui brille encore de sa lumière blême
Dans des matins de brume moite
Dont l’espoir luxuriant d’ébène
Est traversé d’un ivoire au rire éclatant
Comme une promesse de retour

Akpakpa…
Le visage avenant et ouvert de cet autrefois
Bien meilleur que mon piètre aujourd’hui
Ou que mon terne demain si froid si vide

Akpakpa…
Et ma mémoire veuve y mouille encore
Et mon histoire y laisse traîner ses amarres
Tout là-bas au bord de la lagune de ma vie…

Akpakpa…
Un vieux pont du siècle d’antan
Où survivent mes plus belles années…

190123920[1]

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :