Mots dits vers

LES VOIX DE TALCY (2004)

Poème publié dans le N°118 de la revue FLORILEGE éditée par l’association « Les Poètes de l’amitié », mars 2005.

images-4.jpg

Talcy est un château où se croisèrent les destins de deux poètes : Pierre de Ronsard, d’abord, puis Agrippa d’Aubigné. Ils y conjuguèrent en vers, sur fond de guerre, leurs amours impossibles

I.

C’est comme un parfum labyrinthe
Aux effluves rouges d’histoire
Un dédale de fleurs défuntes
Aux odeurs lourdes de mémoire
Aux échos sourds de voix éteintes

Un verger comme un vert boudoir
Où chaque rose exhale un vers
Et se souvient du verbe choir
Quand le soleil saignait amer
Sur les blés entre Loire et Loir

C’est un château où les fantômes
Sont des bouquets d’essences fines
On y frôle encore l’arôme
De frêles baisers d’aubépine
Légendes qu’embaument les tomes

II.

Et les tomes de mon passé
Tombent en pensées assoupies
Lorsque la nuit embarrassée
Se tait de pudeur assagie
Sur mes phantasmes ressassés

Or mes prénoms furent fleuris
Qui hantent mon verger en friche
Sur des traverses défraîchies
Par ce temps qui bêche qui triche
Et efface les pas transis

De tant de désirs trop timides
Eux qui jamais ne surent lire
Le miroir d’un regard limpide
D’une main qui s’offre en sourire
Muet vers mes lèvres frigides

III.

Ici l’on croise la parole
De massifs cernés de sonnets
Par la lyre ourlée en corolle
Dans des froufrous furtifs d’archet
En rimes s’envolent les violes

Ici le vent doux décortique
Les savants soupirs qui se lèvent
Exquise ardeur métaphorique
Pour l’amant enhardi qui rêve
A Cassandre au cœur utopique

Dans ce jardin donc se croisèrent
Les poètes et leurs amours
Parmi ce faux jour de fougères
Peintres fiers des précieux atours
Fard des modèles de naguère

IV.

Autrefois naguère ou hier
J’ai saisi l’albâtre d’un sein
La pâleur souple d’un hiver
Le destin dictait son dessein
En m’ouvrant son livre de chair

Je vous ai tenue vous qui n’êtes
Plus qu’une trace d’encre rêche
Sur des papiers jaunis qu’on jette
Car les mots ne sont plus de mèche
Quand les voix ont battu retraite

Où es-tu ma Cassandre sûre
Ma muse mythique et charnelle
Souffle de mes jours de morsure
Ma soif de nous se traîne-t-elle
Dans ce confident de verdure ?

V.

Verdure osée des lits de mousse
Où les vertiges se dénouent
Muse c’est l’amour qui te trousse
Et ta vertu tombe à genoux
Devant la rime à la rescousse

Talcy tes voix sont éphémères
(L’azur en œillet de leurs yeux
Leurs joues rosée sur primevères
L’or en long lys de leurs cheveux…)
Mais vivent par les vers de Pierre

Dans ce jardin aucune plainte
Ne censure l’aube lascive
D’une vénusté hors d’atteinte
Et sa fragrance se ravive
Au fil d’un parfum labyrinthe

VI.

C’est comme un parfum labyrinthe
Où je me perds où je te cherche
O rêve opiacé fièvre feinte
Songe opaque soleil revêche
Horizon en pleurs aube éteinte

Tu t’en vins parée de hasard
Vénus aux touffeurs sidérales
Moi dans ta voie lactée Icare
J’ai chu voleur ivre en cavale
Jusqu’au dédale du départ

Tu t’en fus vêtue de silence
De formules sourdes d’oubli
Or tombe une neige d’absence
Sur l’air dissonant du non-dit
De nos promesses sans essence

VII.

Château non plutôt vieux manoir
Pierres rurales sans remparts
Bâties entre histoire et terroir
Nées de l’or d’un banquier lombard
Sur les prés empourprés du soir

Mignonnes sont les châtelaines
Dans des détours de poésie
Monte la voix des cœurs en peine
Pierre ou Agrippa tant épris
D’une nymphe ou d’une sirène

Rêve courtois trêve de guerre
Voici que les chimères trament
Des lauriers plénipotentiaires
Car un souffle de paix réclame
La rose qui frémit en vers

VIII.

Nous frémissons parfois ensemble
Naufragés d’un désir sabré
Nos frissons sont feuilles qui tremblent
Sur de lents murmures marbrés
Gestes fanés qui nous ressemblent

Ma sirène éperdue de danse
Tes hanches de houle océane
Marée où je me recommence
Sève sur mes jours de savane
Mon flot de vie et de jouvence

Or tout est donc herbe séchée
Entre deux pages d’illusions ?
Et que sont nos chants ébauchés
Nos chorus nos voix en fusion ?
De fades refrains rabâchés

IX.

Beauté muse au-delà du temps
Esquisse pour le peintre ému
Grâce qui transcende l’instant
Le velours des discours diffus
Anime les lèvres d’antan

Tombez rivières de senteurs
Or en boucles d’effluves molles
Sur les suaves sphères sœurs
Temple de Vénus aux coupoles
Que dressent des mains de ferveur

Vigne d’obscures voluptés
Verger fou où tiges et lianes
Là s’enlacent à satiété
Qu’on te dise Cassandre ou Diane
Beauté tu n’es qu’éternité

X.

Aurore écartelée de voix
Essor de nos nuits gisements
Ton sourire ardent mis en croix
Ton râle brûlé de serments
Quand s’ébroue le feu qui nous ploie

Moi rebut d’un âge défunt
Je suis figé face au jardin
Vide comme un roi sans dauphin
Mais je tresse ces mots de rien
Pour qu’ils durent plus qu’un parfum

Car si en vain le temps s’éreinte
C’est par le miracle de l’art
Dans ce labyrinthe d’empreintes
On vient s’imprégner ô Ronsard
Des roses des amours défuntes

images-5.jpgimages-6.jpg

4 commentaires »

  1. I just want to mention I am new to blogging and actually savored you’re page. More than likely I’m likely to bookmark your blog . You absolutely have really good well written articles. Regards for sharing with us your blog site.

    Commentaire par Fletcher Krase — février 26, 2012 @ 2:09 | Réponse

  2. You completed various good points there. I did a search on the matter and found mainly folks will agree with your blog.

    Commentaire par great — août 21, 2012 @ 6:08 | Réponse

  3. Heya i am for the first time here. I came across this board and I find It truly useful & it helped me out a lot. I hope to offer one thing back and help others such as you helped me.

    Commentaire par Sherwood — septembre 15, 2012 @ 9:26 | Réponse

  4. I couldn’t resist commenting. Exceptionally well written!

    Commentaire par Rosie Razor — février 17, 2013 @ 7:44 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :